Lundi 10 mai 2021

Wikileaks : Bienvenue dans le monde d’après

L’organisation Wikileaks rend aujourd’hui publics plus de 250 000 câbles diplomatiques et met Internet en ébullition. Ces révélations incarnent de façon presque caricaturale l’ambivalence de la société de l’Internet qui se profile : d’un côté on s’inquiète des risques d’une telle initiative et de ses conséquences diplomatiques. De l’autre, on se rejouit des vertus de la transparence qu’introduit Wikileaks dans le jeu feutré des relations internationales. Dans les deux cas, on attend avec fébrilité ce qui ressortira de ces documents. Quel qu’en soit leur contenu et les conséquences de leur publication, cet épisode est d’ores et déjà perçu par beaucoup comme un point de basculement vers un monde aussi transparent qu’imprévisible. Pour illustrer ce débat, Écologie Démocrate vous propose aujourd’hui la lecture de deux articles parus sur Owni.fr et Bluetouff.com :


Wikileaks Statelogs : vent de panique chez les diplomates du monde entier

 

Via bluetouff.com

Les diplomates du monde entier sont sur les dents depuis quelques jours… et il y a que quoi : le site Wikileaks qui n’en est pas à son coup d’essai, serait sur le point de diffuser pas moins de 251 287 documents secrets issus du réseau (Secret Internet Protocol Router Network) de l’administration américaine. Le documents ont déjà été transmis par Wikileaks à de grands journaux internationaux, selon une méthode éprouvée lors de la publication des Warlogs. Ce sont pour l’instant 5 médias qui seraient en possession de ces documents : le New York Times, Der Spiegel, le Guardian, El Pais et Le Monde. Sur le Net, et en Live, c’est l’excellentissime Owni qui assure le live blogging des Statelogs

Il y en aura pour tout le monde (ou presque)

En plus des USA, de nombreux pays sont concernés par ce qui ressemble à la plus grosse fuite que l’histoire n’ai jamais connue : le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, le Danemark, la Norvège, Israël, la Russie, la Turquie, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, la Pologne, la Finlande, l’ Afghanistan, l’Inde, la Chine et la France (la liste s’allonge d’heures en heures). Rien que pour la France, Owni rapporte que ce serait entre 500 et 1000 documents qui devraient être publiés par Wikileaks. Owni fait référence à des échanges entre les autorités britanniques et américaines susceptibles de vexer la France, visiblement en proie à certaines railleries de la part des alliés anglo-saxons.

La plus grosse catastrophe diplomatique de l’histoire

Selon Jean-Marc Manach, on s’orienterait tout droit vers la plus grosse catastrophe diplomatique de l’histoire.

>> Lire la suite sur bluetouff.com…
 

Statelogs: de la profondeur plus que de la transparence

Via Owni.fr

Jusqu’à présent, WikiLeaks avait choisi de concentrer le tir sur la guerre. Dans ses trois dernières publications, Julian Assange, l’incarnation de l’organisation la plus volatile du monde, avait successivement mis au jour une bavure américaine en Irak (la vidéo Collateral Murder), le quotidien sanglant des forces de la coalition en Afghanistan, et les errements militaires des Etats-Unis en Irak. Sans se détourner de sa cible de prédilection – l’administration américaine1 – le site change cette fois-ci son fusil d’épaule: pour la première fois, il s’attaque à la diplomatie, en publiant plus de 250.000 mémos, dont la classification va de « confidentiel » à « secret » (MàJ de 18h50: selon les informations du Spiegel, 53% des documents ne seraient pas soumis à une classification particulière), et dont le pouvoir de nuisance pourrait s’avérer dévastateur (même si le conditionnel reste de mise, comme pour chaque livraison de WikiLeaks).

Une fuite exceptionnelle

Parce qu’elle implique au moins une vingtaine de pays, elle multiplie les ramifications entre les différentes parties, dévoilant les tourments géopolitiques du monde, cette nouvelle fuite est exceptionnelle à plusieurs égards. Comme le titre Der Spiegel, dont la couverture a déjà fuité sur Internet, les « Statelogs » dévoilent « comment l’Amérique voit le monde ». En substance, on y apprend que « Sarkozy est un roi nu », que « Mahmoud Ahmadinejad est le nouveau Hitler », et qu’Angela Merkel s’est vue surnommée d’un « Teflon », déclinaison moderne de la « Dame de fer ».

Les esprits chagrins rétorqueront que ces bruits de couloir étaient déjà connus. Ils n’ont pas complètement tort. Mais ces bribes d’information ne représentent qu’une portion congrue de la salve. A ce titre, nous publierons les mémos au compte-goutte sur notre application, afin de pouvoir les étudier et les qualifier au fur et à mesure, avec l’aide de nos collaborateurs (Lesoir.be et Slate.fr) et de tout un chacun.

>> Lire la suite sur Owni.fr…


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux