Lundi 10 mai 2021

Spéculation financière : que fait l’Europe ?

Après la décision de l’Autriche de taxer les transactions financières de manière unilatérale, y compris si l’Europe ne le fait pas, c’est au tour de Berlin de commencer à réglementer en interdisant les ventes de titres à découvert. Tout en annoncant soutenir l’Autriche dans la mise en place de cette taxation.

Ces annonces font suite à la volonté de l’Allemagne de surveiller les comptes des Etats européens amenés à se restructurer.

Il va de soi que, dans une optique d’une société écolo-démocrate, nous souhaitons que ce type de décisions soient prises au niveau européen. Cependant, force est de constater que l’Europe sert surtout aujourd’hui de paravent pour ne rien faire (on l’a vu lors de l’abandon de la taxe carbone en France) et que l’attitude de certains dirigeants européens est celle de la soumission et de l’immobilisme.

La crise financière que traverse l’Europe a au moins cette vertu : la voie est montrée par les pays, qui, du fait de leur solidité financière et de leur bonne et saine gestion des comptes publics, servent de garanties au reste de l’Europe.

Comme on ne peut reprocher à un prêteur de surveiller la solvabilité financière de ses créanciers, il est probable que les pays européens soutenus à bout de bras par l’Allemagne se feront imposer ce type de mesures.

Plus que jamais, Berlin risque de donner le „la“ en Europe et d’imposer ses règles. Ce n’est pas par vocation hégémonique, simplement parce que les allemands, qui ont fait des efforts considérables pour être compétitifs, refusent de payer pour les autres.

Pour aller plus loin :

Revue de presse : Le Figaro (sur la spéculation), Les Echos (sur la pression allemande vers la discipline budgétaire), Libération (l’Autriche veut taxer en solo)

Articles d’analyse proches de la nôtre : agoravox, zurbains, Paul Jorion dans Marianne


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux