Lundi 10 mai 2021

Le bouclier fiscal toujours d’actualité

La première réforme d’un Président est la plus symbolique. L’abolition de la peine de mort pour Mitterrand, les derniers essais nucléaires pour Chirac, le cadeau aux copains pour Sarkozy.

C’est aussi une des seules réformes, avec l’autonomie des Universités, du mandat actuel. De quoi désespérer l’opposition et laisser songeuse une partie de la majorité. L’Express du 11 mai 2010 raconte la déclaration de Pierre Lellouche sur le plateau de F2 :

A la question « Nicolas Sarkozy a annoncé officiellement aujourd’hui que les hauts revenus seraient sollicités pour les retraites. Est-ce que le bouclier fiscal est mort ce soir ? », le ministre a répondu: « si on parle des 600 millions (d’euros) qui sont reversés et qui font l’objet des attaques incessantes de la gauche, effectivement, ce serait bien que ça aille aux retraites. C’est ma position personnelle ».

Avant d’enfoncer le clou: « Sur le plan politique, je pense que cette affaire rapporte peu. Je souhaiterais que les gens qui sont émigrés fiscaux en Belgique ou ailleurs soient revenus. Ils ne sont pas revenus. Donc je pense qu’il faut peut-être arrêter cette expérience. Voilà ce que je pense. »

Dans la nuit, Pierre Lellouche précise ses propos : « Je me suis mal exprimé. Je ne visais que les hauts revenus et les revenus du capital qui bénéficient de la ristourne. » Trop tard, la classe politique s’est déjà emparée du sujet.

Marianne du 18 mars 2009 nous rappelle la réalité des chiffres :

30 milliards d’euros par an : c’est ce que l’Etat gagnerait en ramenant les impôts à leur niveau de 2000. C’est-à-dire avant les multiples mesures fiscales prises en faveur des plus riches…

Dans la société française, où l’écart de revenus, sans parler de celui de patrimoine, a été multiplié par 20 en 30 ans, les mesures fiscales de la sociale-démocratie qui avait émergé après la remise à zéro de la seconde guerre mondiale, sont désormais inopérantes. Ce n’est pas la suppression du bouclier fiscal à elle seule qui va permettre à la France de renouer avec la cohésion sociale. Mais la mesure phare du mandat Sarkozy porte le symbole de la radicalisation de notre société.


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux