Mercredi 12 mai 2021

La tragédie

L’ensemble de la rédaction du webzine est sous le choc face à l’Apocalypse » qui est devenue la réalité quotidienne de millions d’habitants au Japon. Cette Apocalypse revêt les couleurs de la radioactivité bien avant celles du séisme.
L’expression, qui appartient au commissaire européen à l’Énergie, est liée à la catastrophe nucléaire.

On sait aujourd’hui, 25 ans après Tchernobyl, qu’un territoire contaminé, l’est pour toujours. C’est le quotidien de millions d’Ukrainiens, de Russes et de Biélorusses : vivre durablement dans un environnement durablement infesté. Pourtant, le mot Tchernobyl n’est jamais prononcé dans les media russes. Le devoir de mémoire doit être réservé aux Ukrainiens depuis qu’ils ont quitté l’empire.

Ni en Russie, ni en Corée du Sud, ni en Italie… ni en France, les gouvernements ne remettent en question la production d’énergie nucléaire. Les programmes de construction sont maintenus. Anne Lauvergeon, présidente du géant français du nucléaire, maintient son déplacement à Rome pour discuter avec Silvio Berlusconi de la construction d’un prochain réacteur.

En miroir, l’Allemagne, la Suisse et les États-Unis ont des gouvernements qui ont décidé le moratoire de la construction de centrales et la fermeture, même provisoire, des plus anciennes.

Il y a un grave déni de démocratie. Les dames âgées et les jeunes, les milliers de Japonais auscultés aux détecteurs de radiations n’ont jamais demandé de prendre un tel risque. La question ne leur a jamais été posée concernant l’investissement de leur argent pour construire des centrales.

Pire, les experts qui ont dénoncé le risque nucléaire ont été conduits à la démission. Médiapart révèle que le professeur Katsuhiko avait prévu ce qui est en train de se produire à la centrale de Fukushima. Il avait prévenu les autorités de son pays que les centrales japonaises souffraient d’une «vulnérabilité fondamentale» aux séismes. Mais ses avertissements ont été ignorés tant par le gouvernement que par Tepco (Tokyo Electric Power Company), premier producteur privé mondial d’électricité, qui exploite un tiers des centrales nucléaires japonaises, dont celle de Fukushima. Il avait publié une alerte formelle en août 2007 dans l’International Herald Tribune.

Crédit photo : REUTERS


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux