Lundi 10 mai 2021

La Libye est-elle un nouvel Iraq ?

L’ONU a décidé la sécurisation de l’espace aérien libyen, les frappes ont commencé depuis pratiquement  un mois maintenant, il faut espérer qu’elles aboutiront à la fois à la protection du peuple libyen, l’avènement d’un nouveau régime. Elles sont aussi l’occasion de constater les contradictions du monde arabe et occidental au sujet de la position à adopter face à Khadafi, mais aussi celles du monde occidental avec lui-même, enfin de la France. La question que ces incohérences posent est celle du lendemain, de sa cohérence, de la possibilité pour les Libyens d’y arriver.

Les alliés combattent Khadafi mais pas pour les mêmes raisons, pas avec les mêmes moyens.

Tout le monde se souvient de la tente plantée dans les jardins de l’Elysée, beaucoup se souviennent du fait que les Rafale qui frappent les positions de l’armée régulière Libyenne sont ceux qu’on souhaitait vendre à Khadafi. Celui-ci a passé ses quarante dernières années  à faire tourner  le monde Occidental en bourrique. Perçu un temps comme l’instigateur du terrorisme mondial, l’épine dans le pied du monde arabe, il a été par la suite celui qui a formé les agences de renseignements occidentales à la lutte contre Al-Quaeda, le leader du pays dans lequel il fallait investir à tout prix, y compris celui des pires compromissions. Aujourd’hui Khadafi est un dictateur sanguinaire qu’il faut arrêter coûte que coûte…mais personne n’évalue ce coût au même niveau. La Chine a failli opposer son véto à la résolution onusienne, elle craint peut-être l’effet tache d’huile  en son sein, l’Afrique du Sud a failli voter contre, et à cette occasion, il ne serait pas surprenant d’apprendre que la Lybie est le principal pourvoyeur en hydrocarbure de ce pays. L’Allemagne ne participe pas à la résolution mais il est vrai  accroit sa présence en Afghanistan pour soulager les Américains sur le front libyen. Par ailleurs, la Ligue Arabe qui soutenant initialement l’initiative revoit sa position devant ce qui commence à ressembler un peu trop à de l’acharnement. En effet, les frappes françaises, de l’aveu même de certains médias occidentaux n’ont rien de chirurgicales ; l’Otan est devenu officiellement l’outil de la mise en œuvre de la résolution de l’Onu en Lybie…Difficile il est vrai de ne pas voir dans ce cas, ce qui ressemble à de l’interventionnisme américain. Car ne nous y trompons pas, malgré la magnifique story telling de l’Elysée, les Etats-Unis sont aux commandes. Comme Obama ne  veut pas faire du Georges Bush ultra-interventionniste, il préfère laisser ses alliés européens sur le devant de la scène. Mais ne nous y trompons pas, les frappes en profondeur sont américaines et probablement que la coordinations aussi. La France a le droit de fanfaronner à cette occasion, ce qui présente au moins deux intérêts pour le président français, lancer un parre-feu politique aux échecs récents de l’UMP, et de la présidentielle française, de promouvoir le Rafale que Dassault espère vendre enfin à cette occasion.

 

L’intervention est nécessaire, mais il faut éviter l’enlisement.

Cependant il fallait intervenir. Même si le devoir d’ingérence est un sujet épineux, particulièrement difficile à trancher, même si le risque d’une intervention allant au-delà de l’indispensable est possible, une souffrance qui appelle à l’aide doit être entendue, et les Libyens appellent à l’aide. Pour une fois, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons, les européens, et notamment les français et les anglais, anticipent l’histoire et semblent prêt à faire table rase des politiques de soutien aux dictatures arabes qu’ils ont par ailleurs contribuer à pérenniser  y compris celle de Khadafi. Mais leur position est dangereuse… La mort éventuelle de Khadafi en ferait un martyr qui catalyserait la résistance de ses partisans, des frappes trop lourdes ne manqueraient pas d’être perçues comme une guerre de plus, injuste,  faite par les occidentaux contre un peuple arabe et qui pourrait susciter un rejet, enfin une non intervention au sol même s’il ne faut probablement pas entrer dans cette logique risque d’entraîner un enlisement du conflit. Plus que tout autre, la communication autour de ce conflit est parfaitement maîtrisée. Aucune image du front n’est présentée. Malgré tous les reporters de guerre dont disposent les agences de presse internationales, aucune image du front n’est disponible, on peut voir certains résultats de frappe, il est possible de constater ce qui passe avant une attaque, ce qui se passe après, mais jamais pendant. D’autre part la communication du ministère de la Défense est pléthorique quant aux moyens mis en œuvre, ce qui est surprenant de la part de la Grande Muette…La vérité est probablement ailleurs, il y a fort à parier que les engagements sont particulièrement intenses et sanglants de part et d’autre, que les moyens mis en œuvre par les uns et les autres sont plus équilibrés qu’il n’y parait, y compris par une intervention Egyptienne au sol, que le régime de Khadafi est plus organisé et efficace qu’il n’y parait….En fait, les points de comparaison avec la situation iraquienne sont trop flagrants pour ne pas être inquiétants.

 

Pour finir, l’intervention en Libye apparait comme indispensable, tant la souffrance de son peuple est flagrante. On peut regretter simplement qu’il n’y ait  pas d’intervention analogue pour  le peuple syrien, ou dans le Golfe Persique. Cependant cette intervention, si elle fait apparaitre ce qu’il y a de mieux dans le monde occidental, relève aussi, et ce de manière flagrante ses contradictions, ce qui peut apparaitre comme terriblement opportuniste, voir cynique, diraient certains dans les politiques étrangères des états. Pour l’instant, les intérêts du peuple Libyen opprimé et ceux des états occidentaux sont identiques, il faut espérer que cela sera encore le cas lorsqu’il s’agira de mette en place l’après Khadafi…si celui-ci arrive rapidement.

Crédit photo : @MAXCPP



3 Commentaires

  1. Comments  marane   |  Mercredi 6 avril 2011 à 0 h 50 min

    fin
    La Libye doit être supprimée pour que la Méditerranée puisse devenir le lac de l’OTAN. La Libye est la seule nation en Afrique du Nord qui n’est pas soumise à Africom ou à la myriade de partenariats avec l’OTAN. et Eritrée, la République de Sawahari, Soudan et Zimbabwe en afrique.
    De plus deux membres de «l’I C d’Istanbul» de l’OTAN le Qatar et les Emirats Arabes combattent pour la première fois aux côtés des forces d’ Africom/OTAN. Traduction : l’OTAN et les partenaires du Golfe Persique mènent une guerre en Afrique. L’Europe ? C’est trop provincial. Le Flic Mondial c’est l’avenir.

    Selon le double langage officiel de l’administration Obama les dictateurs qui sont éligibles «au bras long des US» {Bahreîn et du Yemen }peuvent souffler et s’en tirer à bon compte. Quant à ceux éligibles au «changement de régime» de l’Afrique au Moyen Orient à l’Asie qu’ils prennent garde. Le Flic Mondial OTAN va venir vous chercher. Avec ou sans sale accord.
    Pepe Escobar

  2. Comments  marane   |  Mercredi 6 avril 2011 à 0 h 41 min

    Pareil que l irak
    tout ce monde, comme au cinema, nous vend son operation humanitaire » alors que ce n est qu une sale guerre

  3. Comments  marane   |  Mercredi 6 avril 2011 à 0 h 41 min

    suite
    L’Odyssée de l’Aube est maintenant terminée. C’est au tour de Protection Unifiée – dirigée par le Canadien Charles Bouchard. Traduction : le Pentagone ( comme avec Africom) transfère « l’action militaire cinétique » à lui-même.

    On voit déjà un curieux développement. L’OTAN autorise délibérément les forces de Kadhafi à avancer le long de la côte méditerranéenne et à repousser les «rebelles». La realite est sous vos yeux a tel point que les insurges accusent l Otan ce soir {lire tous les articles d aujourd hui}

    l’objectif est de soutirer des concessions économiques et politiques de ceux qui font défection et du Conseil National Intérimaire Libyen infesté d’exilés – une caste de personnalités rusées incluant l’ancien ministre de la justice Mustafa Abdel Jalil, l’ancien secrétaire à la planification éduqué aux US, Mahmoud Jibril, et l’ancien résident de Virginie, nouveau « commandant militaire » et agent de la CIA, Khalifa Hifter.

Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux