Mercredi 12 mai 2021

La dette ou l’impôt ?

Panique dans les finances publiques, alors que l’Europe se livre à un concours de rigueur budgétaire, le Gouvernement français découvre l’ampleur de la dette publique et propose à son tour un plan d’austérité pour passer de 8 % à 3 % du PIB.
… en seulement trois ans !
Pour y parvenir, le plan triénal initialement proposé s’appuie sur des économies de l’ordre de 45 milliards d’euros en trois ans dans les dépenses publiques pour 5 milliards d’économies issues du « coup de rabot » des diverses niches fiscales et sociales, niches qui représentent sur trois ans près de 300 milliards d’euros de dépenses pour l’Etat, avec un effet économique parfois très contesté.

Le plan prévoit aussi 15 milliards d’euros d’économies générées par l’arrêt progressif du plan de relance, ainsi que de très hypothétiques recettes fiscales supplémentaires, de l’ordre de 35 milliards en trois ans, basées sur une hypothèse de croissance totalement fantaisiste.

Le rapport de la Cours des Comptes souligne d’ailleurs, qu’en l’état, le projet de redress ement des finances pubiques, permettrait tout juste de ramener le déficit public à 7% du PIB en 2013. Il semble donc difficile de croire que les engagements ambitieux du Gouvernement vis à vis de Bruxelles puissent être atteints, même très imparfaitement, sans une hausse généralisée des impôts, voire même une profonde réforme de la fiscalité.

Pierre Méhaignerie rappelait dans les colonnes du quotidien économique La Tribune du 22 juin dernier: « L’impôt sur le revenu ne représente que 2,8% du PIB, c’est l’une des proportion les plus faibles des pays industriels [moyenne OCDE 9,4%] (…) Il serait possible de supprimer des niches et d’augmenter les prélèvements sur les hauts revenus à hauteur d’un point de PIB, soit 20 milliards d’euros. » Une opinion loin d’être isolée à l’UMP, mais qui se heurte pour le moment à la volonté du Président de la République, qui ne semble pas prêt au double reniement idéologique, suppression du bouclier fiscal et rehaussement des taux d’imposition, que cela suppose. Mais pour combien de temps encore ?

Crédit photo: World Economic Forum (K. Schwab et F. Fillon à Davos en 2008)


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux