Samedi 7 décembre 2019

Résistance aux herbicides : l’Agent Orange avenir du Round Up?

Des chercheurs de l’université de Missouri, en partenariat avec le laboratoire d’agroscience de Dow Chemical, ont découvert deux nouvelles enzymes bactérienes AAD-1 et AAD-12 qui insérées dans le génôme d’un plan de soja ou de maïs lui confère une résistance à l’herbicide 2,4-D. Le 2,4-D est l’un des deux herbicides composant le tristement célèbre Agent Orange, utilisé par l’armée américaine pendant la guerre du Viet Nam, et que produisait à l’époque justement … Dow Chemical et Monsanto. Le Round up et les OGM Round Up Ready de Monsanto auraient-ils déjà fait leur temps?

Conséquence désastreuse, mais prévisible, de l’utilisation extensive depuis une quinzaine de semences OGM Round Up ready aux États-Unis, plusieurs espèces de « mauvaises herbes » ont développé une résistance au glyphosate, commercialisé sous la marque Round Up par le groupe agro-chimique et de semences Monsanto. Ainsi, les surfaces agricoles de six États, Géorgie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Arkansas, Tenessee et Missouri, sont déjà touchées.

Lorsqu’une plante sauvage aussi commune que l’Amarate de Palmer, mute au point de copier jusqu’à 160 fois dans chacune de ses cellules, le gène responsable de la production de l’enzyme ciblée par le glyphosate, les champs se trouvent envahis d’une plante pouvant atteindre 2 mètres 40, insensible au Round Up. Les engins agricoles se brisent sur ces plants d’Amarante, obligeant les agriculteurs à abandonner leurs terres ou bien à recourir à une main d’ouvre agricole nombreuse que bio-technologie et chimie avait pourtant fait disparaitre. Les surcoûts sont d’ailleurs tels que nombre d’agriculteurs de ces États auraient renoncé à la culture des OGM ou songeraient à le faire.

L’utilisation des OGM Round Up ready, les OGM les plus commercialisés dans le monde, pourraient ainsi se trouver remise en question. Une situation extrèmement problématique pour Monsanto, qui conseille déjà aux agriculteurs de melanger le Round Up à de l’Atrazine ou du 2,4-D, deux perturbateurs endocriniens, de surcroît cancérigènes…tout comme le glyphosate d’ailleurs. Le premier, l’atrazine, est désormais interdit dans l’Union Européenne alors que le second, le 2,4-D est interdit dans certains pays comme la Norvège ou la Suède pour prévenir les risques de cancer, troubles du système reproductif et d’affaiblissement mental.

(Tela Botanica, février 2010)

Les super mauvaises herbes menacent la patrie de Monsanto (France 24)

A new way to control « superweed » : two bacterial enzymes confer resistance to common herbicid (Science Daily, février 2011)

Profil toxicologique du 2,4-D et risques à la santé de son utilisation en milieu urbain (Institut national de Santé du Québec)


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux