Samedi 19 octobre 2019

L’écologie en campagne

La protection de l’environnement préoccupe 16 % des personnes interrogées en 2012 contre 27 % en 2007*. Dans ce sondage, l’écologie ne figure pas dans le questionnaire, sans doute parce que la distinction entre environnement et écologie est encore incertaine dans l’opinion publique.

Lors de la journée organisée par France Nature Environnement, sept candidats ont présenté leur programme. Parenthèse modeste de la campagne 2012 dédiée à un des principaux thèmes de 2007, année où ne pas signer le pacte écologique de Nicolas Hulot disqualifiait un candidat.

 

Exception faite de François Bayrou qui n’a traité le sujet que depuis l’angle environnemental avec la survie des abeilles et des océans, les autres candidats présents à l’invitation de FNE le 28 janvier, ont abordé l’aspect socio-économique du rapport de l’Homme à la nature. Premier thème, l’incitation des pouvoirs publics : Eva Joly propose la « bioconditionalité des financement et subventions publics », tandis que Corinne Lepage insiste sur le « fléchage de l’épargne » pour orienter l’investissement vers des activités durables et locales. Dominique de Villepin met lui l’accent sur « une fiscalité écologique au niveau européen ». Hervé Morin et François Hollande soulignent la nécessité d’une stabilité juridique et fiscale. Deuxième thème, la transition énergétique. L’idée d’un referendum sur le nucléaire est reprise par Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, Corinne Lepage, Dominique de Villepin et Hervé Morin. Enfin, François Hollande insiste sur la nécessité de promettre aux Français une stabilité de leur facture énergétique avec un forfait de base à faible coût.

Pourquoi l’intérêt pour l’écologie, comprise dans sa globalité socio-économique, a-t-il autant reculé en 2012 au grand dam des écologistes ? Plusieurs raisons commencent à être énumérées.

D’abord, il faut le rappeler, il y a eu l’échec du sommet de Copenhague. Comment rester ferme sur la dangerosité des conséquences de l’activité humaine quand la Chine et les États-Uns qui sont tout autant sur la Terre n’y accordent ostensiblement aucun crédit ? Les pouvoirs publics, qu’ils soient européens ou nationaux, sont restés sans voix sur ce sujet depuis 2009. Ensuite, en temps de crise, les priorités des Français sont celles de gagner leur vie et d’améliorer leur pouvoir d’achat. Le chômage est en effet la première préoccupation dans cette campagne pour plus de la moitié des Français.* Enfin, la responsabilité jusqu’en février, du parti écologiste français EELV, autant dans le choix de la candidate que dans celui de sa stratégie de communication, est pointée par les analystes.

En 2009, la campagne européenne du trio Dany Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové avait fait merveille en surfant justement sur la crise d’octobre 2008 et en montrant les liens entre la crise financière, la crise économique et la crise écologique. Ce lien, au coeur de l’engagement écologiste, a été relancé le 11 février dans son discours de Roubaix par Eva Joly : « L’écologie, la solution ».

Après lui avoir posé un lapin pendant six mois, l’écologie demande un nouveau rendez-vous à la campagne présidentielle 2012.

Jusqu’en février, le lien entre crise économique et crise écologique s’est perdu au profit des thèmes préférés par l’équipe sarkozyste. D’abord un plébiscite de l’énergie nucléaire accompagné du fameux « l’environnement ça commence à bien faire » de Nicolas Sarkozy. Ensuite, pour ne pas avoir à expliquer les raisons d’un chômage record, une rengaine sur les problèmes liés à l’immigration et les débats sur l’identité nationale. Pourtant, le risque électoral pris par l’UMP est sérieux : le thème de l’immigration arrive en dernière position dans le classement des préoccupation des Français pour la campagne 2012 avec seulement 6 % des sondés.

* Sondage réalisé par la Sofres par téléphone les 7 et 8 février auprès d’un échantillon de 974 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux