Mardi 27 septembre 2022

La redistribution et la réforme fiscale

Pour redistribuer, il faut d’abord collecter. Et la France des cadeaux fiscaux est en panne de collecte. On a du mal à comprendre : Pourquoi tant d’amour ? Cet été, seize chefs de grandes entreprises ont supplié d’être taxés plus pour contribuer à renflouer les caisses de l’État. Maurice Lévy, le très à droite patron de Publicis, a publié une tribune engagée dans ce sens dans les colonnes du Nouvel Obs. Le député UMP Gilles Carrez, rapporteur du budget à l’assemblée nationale, dénonce « Le bouclier fiscal du CAC 40″ où 35 % des bilans étudiés sur les trois dernières années font état d’une imposition……. nulle !

Décidément, ni les patrons, ni les députés UMP ne sont écoutés par le gouvernement. Celui-ci reste inflexible : vous ne paierez plus rien ! Côté ménages : Thomas Piketty estime que le 1 % des contribuables les plus riches ont perçu depuis dix ans 150 milliards de cadeaux fiscaux. Côté grandes entreprises : Gilles Carrez estime que le taux d’imposition moyen annuel des entreprises du CAC40 est de 0,4 % de leur chiffre d’affaires. Là encore, on peut estimer le manque à gagner par rapport à l’imposition « normale » imposée aux PME, à 140 milliards en dix ans.

En résumé, les caisses de l’État auraient dû recevoir entre 2000 et 2010 près de 290 milliards d’euros, somme qui n’a pas disparu mais qui est restée dans les poches de (quelques) contribuables. Même le déficit entier de notre sécurité sociale, évalué à 20 milliard d’euros, apparaît bien timide à côté.

On ne s’attardera pas, au vu de ces montants étourdissants, sur la mauvaise foi des actions gouvernementales, au nom du combat contre la dette, visant à diminuer les prestations sociales, diminuer les effectifs de police, d’enseignants et de travailleurs sociaux ou tripler le prix des mutuelles de santé.

La priorité est celle de gagner la bataille de la réforme fiscale qui se livrera en 2012. Le taux d’imposition doit respecter la logique simple de la linéarité en fonction du revenu, tout revenus confondus, au lieu de la bosse de chameau actuelle… C’est toute la proposition de Thomas Piketty et de son équipe que l’on vous invite à relire.


Ajouter un commentaire




*

Devenez Rédacteur !

L'actualité politique vous intéresse ?
Vous avez un scoop, un combat, un projet, une analyse à partager ?



Il sera publié dans les 24h

Newsletter

L'inscription à la Newsletter mensuelle vous permet de rejoindre le réseau Écologie Démocrate


Les flux